Les bons réflexes sous traitement antirétroviral : oubli de prise, auto-médication

Les bons réflexes sous traitement antirétroviral : oubli de prise, auto-médication

Les bons réflexes sous traitement antirétroviral : oubli de prise, auto-médication

Aucun commentaire sur Les bons réflexes sous traitement antirétroviral : oubli de prise, auto-médication

Un petit mémo pour adopter  les bons réflexes en cas d’oubli de prise , recours à de l’automédication et connaître les aliments susceptibles d’interagir sur son traitement antirétroviral.


Notion de Concentration active en médicament

Pour que votre traitement antirétroviral soit efficace, vous devez toujours prendre vos médicaments à la même heure, sans rater de prises.

Pour rester actif, un médicament doit être maintenu à un certain niveau de concentration dans le sang ou « concentration plasmatique ». La « concentration plasmatique maximale », ou « Cmax », est atteinte environ deux heures après la prise du médicament. Ensuite, le médicament est peu à peu éliminé de l’organisme par le foie ou par les reins, pour atteindre  la  » concentration minimale active », ou « Cmin ». C’est lorsque la « Cmin » active  est atteinte qu’il faut renouveler la prise de votre  médicament pour qu’il reste efficace.

Si vous ratez plus d’une prise par mois ou si la prise d’autres médicaments ou substances altère la « concentration de médicament » circulant dans votre sang,  vous augmentez les risques d’avoir un traitement défaillant. La charge virale augmente dans votre organisme, votre système immunitaire est affaibli et vous pouvez développer une résistance à votre traitement anti-rétroviral.  C’est pourquoi l’observance et la vigilance aux interactions  sont  les clés de l’efficacité de votre traitement sur le court , moyen et long terme!


J’ai oublié de prendre un comprimé

  • Pour les traitements qui doivent être pris 1 fois par jour: vous disposez d’environ 12 heures pour rattraper la prise. Les délais de rattrapage varient légèrement d’une molécule à l’autre pour plus de précision reportez vous toujours à la notice de votre médicament.

La prise  du matin oubliée peut-être rattrapée le soir ou au plus tard au coucher.

La prise du soir oubliée peut-être rattrapée au coucher ou au plus tard le lendemain matin.

  • Pour les traitements qui doivent être pris 2 fois par jour: vous disposez d’environ 6 heures pour rattraper la prise.Les délais de rattrapage varient légèrement d’une molécule à l’autre pour plus de précision reportez vous toujours à la notice de votre médicament.

La prise du matin oubliée peut-être rattrapée au plus tard le midi.

La prise du midi oubliée peut-être rattrapée au plus tard le soir.

La prise du soir oubliée peut-être rattrapée au plus tard au coucher.


J’ai vomi après avoir pris mon traitement

  • Si vous avez vomi dans l’heure qui suit la prise de votre comprimé il faut renouveler sa prise
  • Si vous avez vomi plus de 2 heures après la prise de votre traitement, il ne faut pas reprendre le(s) comprimé(s)

J’ai du mal à avaler mes médicaments

  • Cas des comprimés : Les comprimés anti-rétroviraux à l’exception de l’etravirine, ne doivent pas être coupés ou écrasés : risque de modification de leur absorption et de leur efficacité.

Cas des gélules:  Sauf exception les gélules  de votre traitement anti-rétroviral ne doivent pas être ouvertes : diminution de l’absorption et de l’efficacité.

En cas de troubles de la déglutition impactant sur la prise quotidienne de votre traitement, ne prenez pas l’initiative d’écraser  vos comprimés ou d’ouvrir vos gélules, mais  parlez- en  à votre médecin et à votre pharmacien.

Liste des médicaments per os écrasables (Société Française de Pharmacie Clinique)


J’utilise des médicaments sons ordonnance

  • Maux d’estomac et reflux:

Le recours à l’automédication pour des brûlures  et reflux gastro-oesophagien  ne doit pas se faire sans avis médical avec un traitement anti-VIH : risque de diminution ou d’augmentation des taux plasmatiques des médicaments anti-rétroviraux. De plus ces symptômes peuvent être le signe d’une candidose qui nécessite de consulter.

  • Les topiques digestifs (Maalox, Gaviscon..)par mesure de précaution doivent être pris à distance de tout autre médicament (au moins 2 heures avant ou après).
  • La prise d’anti-H2 ( Stomédine) doit être prise en compte avec l’atazanavir   risque de diminution des taux plasmatiques de l’antiviral. L’utilisation anti-H2 est à éviter.
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons  (IPP) ( Oméprazole, Pantoprazole) induisent une diminution très importante des taux sériques d’atazanavir , avec risque d’échec thérapeutique. Inversement les IPP augmentent les taux sériques de raltégravir (Isentress®). Leur association est déconseillée avec tous les traitement anti-rétroviraux.

 

  • Troubles du sommeil: 

Attention certains médicaments de phytothérapie  indiqués pour l’anxiété ou les troubles du sommeil sont déconseillés voir contre-indiqués avec un traitement anti-rétroviral.

C’est le cas notamment des médicaments ou compléments alimentaires  à base de millepertuis.Le millepertuis est un puissant inducteur enzymatique du CYP450 ( cytochrome) : diminution des concentrations actives de médicament avec pour conséquence une perte d’action thérapeutique de votre médicament anti-rétroviral.

 


J’ai recours à la phytothérapie et à l’aromathérapie

Attention médecine naturelle ne signifie pas médecine sans danger. Que ce soit en phytothérapie ou homéopathie, certaines plantes ( la plus connue est le millepertuis) sont inductrices enzymatiques et vont modifier l’efficacité de votre traitement.

Avant de prendre un complément alimentaire ou des huiles essentielles, demander toujours l’avis de votre pharmacien ou un avis médical.

 


Je bois du jus de pamplemousse

Le jus de pamplemousse contient une substance susceptible d’augmenter la concentration plasmatique des médicaments anti-rétroviraux avec un risque de surdosage.

   Ne pas boire de jus de pamplemousse au moment de la prise de votre traitement.

 

En dehors des prises de votre traitement ( 2 heures de distance) la consommation de jus de pamplemousse doit rester exceptionnelle.


Je bois de l’alcool 

Les anti-rétroviraux n’ont pas d’interactions significatives avec l’alcool.


Je consomme des drogues

Il existe des risques d’interactions  entre :

  • Tous les inhibiteurs de la protéase (Kaletra, Prezista, Reyataz, Telzir)et lectasy.
  • Les inhibiteurs de la protéase et les amphétamines.
  • Le Kaletra et le cannabis.
  • Le Norvir et le cannabis.
  • Le Norvir et le GHB.

Pour  en savoir plus, téléchargez la réglette des interactions  ou consulter le site  www.actions-traitements.org

About the author:

Pharmacien, Diplômée d'Orthopédie et d'Homéopathie. Passionnée par l'utilisation des nouveaux supports de communication en santé.

Related Posts

Vous souhaitez retrouver un article...

Suivez-nous !

Newsletter

Back to Top