Les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires

Aucun commentaire sur Les allergies alimentaires

L’allergie alimentaire est une réaction excessive de l’organisme à une substance inoffensive pour d’autres.
Son ingestion, chez la personne allergique entraîne la libération d’une protéine : l’histamine. Cette libération d’histamine s’accompagne de symptômes plus ou moins graves.


Quels sont les symptômes d’une allergie alimentaire ?

Les symptômes de l’allergie alimentaire sont multiples : gonflement des lèvres, rhinite, dermatite atopique, asthme, diarrhées, maux de ventre, etc..Les symptômes les plus graves sont l’œdème de Quincke et le choc anaphylactique

Les signes cliniques apparaissent généralement quelques minutes ou dans les heures qui suivent l’absorption de l’allergène. Cependant, certains symptômes cutanés ( eczéma) ou digestifs peuvent survenir plusieurs jours après l’absorption de l’aliment. L’allergie alimentaire se manifeste le plus souvent après l’ingestion de protéines allergènes, mais aussi par inhalation de vapeur de l’aliment ou contact cutané.

 

  •  L’oedème de Quincke

C’est un gonflement des muqueuses de la sphère bucco-pharyngée, avec une sensation de tension, parfois de brûlure, et une coloration rouge de la peau, qui peut conduire à l’étouffement.

  • Le choc anaphylactique

Très dangereux, parfois même fatal, il se traduit par une chute brutale de la tension artérielle, une accélération du rythme cardiaque, des démangeaisons et des difficultés respiratoires.


Quels sont les aliments les plus allergènes?

  • Chez l’enfant, les aliments les plus allergènes sont :

• Les œufs : 39 %
• Les arachides : 25 %
• Le lait et ses dérivés : 8 %
• Les poissons et les crustacés : 5 %

  • Chez l’adulte

Si les allergies aux œufs et à l’arachide restent en bonne place, elles sont supplantées par les classes de végétaux.
• Les fruits du groupe latex : banane, châtaigne, avocat, kiwi… 14 %
• Les rosacées : abricot, cerise, fraise, framboise, noisette, pomme, poire, prune, pêche… 13 %
• Les fruits secs et oléagineux : amande, noix, noisette… 9,5 %
• Les ombellifères : aneth, carotte, anis, coriandre, céleri, persil, graine de carvi… 9 %
Une personne peut être allergique à un seul aliment ou à plusieurs de la même famille : on parle alors d’allergie croisée comme, par exemple, le latex et le kiwi.


Diagnostiquer et identifier une allergie alimentaire ?

Seul un allergologue peut effectuer un diagnostic précis. Ce diagnostic est basé sur l’interrogatoire clinique, complété par des tests cutanés et si nécessaire des examens sanguins.

1èreétape : Un interrogatoire minutieux
Il permet de rechercher :

  • les antécédents familiaux d’allergie alimentaire
  • les antécédents personnels d’allergie 
  • les conditions de survenue

2èmeétape : Préciser la symptomatologie

  • chronologie d’apparition des symptômes
  • description des symptômes

3èmeétape : L’enquête alimentaire catégorielle

  • Bilan des aliments ingérés pendant 1 semaine
  • Prise de sang pour déceler la présence de marqueurs IgE spécifiques d’un allergène

4èmeétape : les tests cutanés d’allergie : Prick-test, Patch test

  • le médecin dépose, au creux du bras, une goutte de l’allergène soupçonné. Au bout de 15 min, si une papule de plus de 3 mm est apparue, le test est positif et l’allergie avérée.

5èmeétape : Le test de provocation orale (TPO) :

  • Administration par voie orale de l’aliment allergène, sous surveillance médicale
  • Simple sensibilisation ou authentique réaction allergique: le TPO permet de trancher.

 Quel traitement?

  • Élimination de l’aliment incriminé

Le seul remède est la suppression totale de l’aliment responsable, ce qui n’est pas toujours aisé : de nombreux allergènes sont présents sous forme de traces dans les produits issus de l’industrie agroalimentaire, comme l’arachide qui sert de support de goût. Ces produits sont astreints à un étiquetage précis, listant tous les ingrédients intégrés, mais les aliments vendus en vrac  échappent à la règle.

Pour les enfants ayant une allergie alimentaire, il existe dans les écoles ce qu’on appelle un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) qui permet, en associant les parents, le médecin et l’école d’assurer l’accueil de l’enfant allergique en lui proposant des repas adaptés.

  • Médicaments

Les médicaments ne sont que symptomatiques et ne guérissent pas l’allergie. Les antihistaminiques et les corticoïdes permettent de limiter les manifestations cliniques de l’allergie.

  • Trousse d’ urgence : Adrénaline

En cas de choc anaphylactique, le traitement d’urgence est l’injection intramusculaire d’adrénaline. Aussi tous les allergiques ayant déjà présentés des manifestations allergiques graves doivent avoir en permanence un stylo pré-rempli  (ANAPEN) permettant dans les cas extrêmes l’injection d’une dose d’adrénaline selon un protocole défini par leur allergologue. En pratique sauf cas de force majeure, l’ injection doit être faite après avoir reçu l’aval par téléphone d’un médecin du SAMU ou des pompiers, en attendant l’arrivée des secours.

Pour en savoir plus:

About the author:

Pharmacien. Passionnée par l'utilisation des nouveaux supports de communication et la e-santé.

Related Posts

Vous souhaitez retrouver un article...

Suivez-nous !

Newsletter

Back to Top