A l’eau ?!

A l’eau ?!

A l’eau ?!

Aucun commentaire sur A l’eau ?!

Certains d’entre vous se posent peut-être la question de savoir quelle eau boire ? Celle du robinet ou bien préférer l’eau en bouteille ? Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, seulement certains critères de choix que vous devez connaître.

Avant de se perdre dans l’univers des eaux, en bouteille, de source, minérale, et d’expliquer ce qui se cache derrière ces termes, quelques petits rappels s’imposent.

Si l’eau est aussi importante pour l’être humain c’est essentiellement pour deux raisons. La première est purement culturelle. Il s’agit du milieu dans lequel est apparue la vie sur Terre il y a fort longtemps. Sans eau, aucune vie sur Terre n’aurait été possible. La deuxième est physiologique. Nous sommes constitués à un peu plus de 60% d’eau et nous ne pouvons nous permettre de voir ce pourcentage diminuer. Trois jours sans le moindre apport hydrique suffit à faire passer l’arme à gauche à tous bon soldat, aussi endurcit soit-il.

Vous comprendrez désormais l’importance que revêt la ressource en eau, pourquoi il est important de prendre garde à ce que l’on boit et pourquoi il est nécessaire de la préserver. Il ne s’agirait pas de s’empoisonner avec ce fluide vital.

Quelques termes à définir !

Pour commencer cet article, je vais d’abord expliciter quelques termes afin d’y voir plus claire.

Eau minérale : une eau minérale est une eau provenant d’une source naturelle et ayant des propriétés thérapeutiques reconnues par l’Académie de Médecine. Une fois l’eau prélevée, aucune manipulation, à part la mise en bouteille, n’est autorisée. Elles ne doivent cependant pas dépasser un certain seuil, une certaine concentration pour des composés particuliers comme les nitrates ou les pesticides. Ces normes sont fixées par le Ministère de la Santé.

Eau de source : Les eaux de sources répondent à la même définition que les eaux minérales à ceci près qu’elles n’ont aucune propriété reconnue par l’académie de Médecine.

D’où provient l’eau du robinet ?

Un geste simple que de se servir un verre d’eau au robinet de la cuisine. Et pourtant, derrière ce geste anodin se cache toute une machinerie réglementaire et physique incroyable.

L’eau du robinet obéit à des règles très strictes fixées par les pouvoir publics. Des quantités maximales pour chaque molécule sont fixées ainsi que des limites bactériologiques. Si ces normes sont dépassées, l’eau est déclarée non potable et ne doit, en théorie, plus être distribuée tant que les limites de potabilité ne sont pas atteintes. Pour vérifier que l’eau soit bien potable, des contrôles réguliers, quotidiens, sont effectués sur les réseaux de distribution.

Son origine est variable et dépend de la situation géographique de la commune approvisionnée. Elle peut être pompée soit dans une nappe souterraine soit dans un cours d’eau proche. Par exemple à Paris, une partie des eaux du réseau d’eau potable est directement tirée de la Seine et traitée pour être rendue potable. A Lyon comme à Grenoble, elle provient d’une nappe souterraine située à plusieurs dizaines de mètre sous terre.

La plupart du temps, l’eau provenant de nappe nécessite des traitements moins lourds pour la rendre potable que l’eau d’une rivière. Les nappes, difficilement accessibles par les polluants restent préservées. Malheureusement, certaines nappes se retrouvent fortement contaminées par les nitrates et pesticides (biocides) qui parviennent à s’infiltrer dans le sol. Leur quantité reste en général en dessous des limites autorisées par les pouvoirs publics. Et heureusement car le traitement de l’eau pour les éliminer est extrêmement couteux, comme par exemple en Bretagne où les eaux sont très contaminées par les nitrates.

Quelle eau choisir et où trouver des informations sur sa qualité ?

 Le choix d’une eau est avant tout une question de goût ! Comme pour les vins, les eaux présentes différents goût, différentes saveurs suivant leur composition en minéraux. A chacun de choisir selon ses préférences.

Au-delà du goût, il convient de regarder la composition. Pour les eaux minérales, aucune crainte à avoir, elles obéissent à des règles strictes et garantissent une pureté relative vis-à-vis de polluants comme les nitrates. Cependant, toutes les eaux ne conviennent pas à tout le monde, notamment pour les nourrissons. Vérifiez bien qu’une eau porte la mention « Convient à l’alimentation des nourrissons ».

Pour les eaux du robinet, il faut faire plus attention. Ce sont les taux de nitrates et de pesticides qui doivent retenir notre attention. Les normes concernant les eaux du robinet sont moins strictes que celles s’appliquant aux eaux minérales. La limite de potabilité pour les nitrates est de 50 mg/l, de 0,1µg/l pour chaque type de pesticides et de 0,5µg/l pour la concentration totale dans les eaux du robinet. Ces normes ont été fixées sur les bases des recommandations de l’OMS et sont fonctions des risques encourus par les catégories de personnes vulnérables comme les enfants et les personnes âgées.

Une fois cela dit, comment connaître le taux de nitrates présents dans l’eau que nous avons au robinet. Il suffit de cliquer ici. http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html Ce lien vous permet d’accéder directement aux principaux résultats du contrôle sanitaire réalisé par les agences régionales de santé.

Quelques conseils

Quelle que soit l’eau que vous consommez, il n’y a en général rien à craindre. Si un taux de nitrates important, proche de la limite de 50mg/l, vous inquiète préférez l’eau en bouteille, malheureusement plus chère.

Il n’est pas nécessaire de boire 1,5 litre d’eau par jour sauf dans certains cas particuliers (forte chaleur, exercice physique intense par exemple). Boire lorsque l’on a soif est suffisant pour couvrir ses besoins en eau de la journée.

N’oubliez pas que les pâtes, le riz, le thé et les tisanes sont des sources importantes d’eau. Évitez les sodas, trop sucrés et très mauvais hydratant.

A votre santé !

Sources : www.developpement-durable.gouv.fr

About the author:

Pharmacien. Master ingénierie des milieux aquatiques Centre d'intérêt: environnement, phytothérapie

Related Posts

Vous souhaitez retrouver un article...

Suivez-nous !

Newsletter

Back to Top